Théologie du remplacement

Les spécialistes appellent "théologie (ou théorie) de la substitution (ou du remplacement), une croyance chrétienne selon laquelle le peuple juif n'ayant pas reconnu le Christ ni accepté ensuite d'entrer dans son Église, ont été rejetés, ou mis de côté, tandis que les Chrétiens prenaient leur place dans l'économie du Salut.

Malgré les avancées considérables de la relation entre l'Église et les Juifs après le Concile Vatican II et les documents subséquents du Magistère à son propos, la hiérarchie de l'Église et l'écrasante majorité de ses théologiens pensent encore aujourd'hui comme le cardinal Bea, l'illustre architecte de la Déclaration Nostra Aetate (1965), qui écrivait, au lendemain du Concile:  

« L’ "ancien Israël" a perdu ses prérogatives originelles, qui sont passées à l’Église. »

(Cardinal Augustin Bea, L’Église et le peuple juif, traduit de l’italien, Cerf, 1967, p. 91).

-------------------------------------------------------