Questions fréquentes

Q1 - Que signifie ce nom de Tsofim

R. C'est un terme biblique qui signifie « Guetteurs » (au singulier Tsofeh). 

 
Q2 - Selon l’Écriture, le rôle de « Guetteur » a été conféré par Dieu à Ezéchiel, De quel droit vous l'attribuez-vous ? 

R. L’objection se base sur Ez 3, 17 (= 33, 7) : « Et toi, fils d’homme, Je t’ai fait guetteur pour la Maison d’Israël. Lorsque tu entendras une parole de Ma bouche, tu les avertiras de Ma part. » Mais il ne faut pas en déduire que ce rôle était l'exclusivité de ce prophète. Deux citations au moins attestent du contraire : Is 52, 8: « C'est la voix de tes guetteurs: ils élèvent la voix, ensemble ils pousseront des cris de joie, car ils verront les yeux dans les yeux L’Éternel qui revient à Sion. » ; et surtout Jr 6, 17: « Je vous ai préposé des guetteurs: "Attention au signal du cor !" Mais ils ont dit: "Nous n'y prêterons pas attention !" ».


Q3 - Quel est, en deux mots, votre message ?

R. Nous croyons que Dieu a rétabli le Peuple juif dans ses prérogatives d'antan, et nous efforçons de correspondre à cet aspect, non dévoilé jusqu'ici, du dessein de Dieu sur "les deux" [Peuples] dont le Christ "a fait Un" (cf. Ep 2, 14), à savoir, les Juifs et les Chrétiens.


Q4 - Comment vous situez-vous par rapport au Renouveau charismatique?

R. Nous ne sommes ni un mouvement d'Église, ni un mouvement au sens large du terme, comme exposé ici: « Charte spirituelle des "Guetteurs" » (III). La comparaison n'a donc pas lieu d'être sur le plan institutionnel.


Q5 - N'êtes-vous pas une secte?

R. Il suffira au lecteur, pour se faire une idée à ce propos de comparer notre action et nos publications avec le contenu des très nombreuses pages consacrées à la définition et à la description des sectes. Pour une synthèse informative, non exhaustive mais pratique, voir l’article que leur consacre Wikipedia. S’agissant du monde catholique, voir, entre autres :


Q6 - N'avez-vous pas tendance à vous prendre pour des prophètes et à faire la leçon tête à l'Église?

R. Ce risque existe, en effet (voir, à ce propos: « Comment porter un témoignage qui se veut prophétique sans faire schisme? »), nous faisons confiance au Seigneur pour nous en garder, sur la base de l'affirmation solennelle de S. Paul: « Dieu est fidèle ; il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces. » (1 Co 10, 13).


Q7 – Comment pouvez-vous affirmer que vous ne constituez pas une secte, alors que vous fondez votre foi et votre action sur un homme contesté, dont les thèses, aux dires de gens sérieux, sont tout aussi contestables?

R. Quelle que soit la réponse à ce genre d’affirmation, elle ne fera qu’alimenter une polémique dans laquelle tant celui qui est à l’origine de cette initiative que celles et ceux qui l’ont faite leur ne désirent pas entrer. Précisons seulement  que, pour qualifier une personne et ses écrits de « contestables », il faut connaître l’une et les autres, et non se fier à des rumeurs. A ce jour, aucun des détracteurs n’a pris la peine d’analyser sérieusement les écrits de cet « homme contesté », ni d’en réfuter le contenu de manière non partisane. Par ailleurs, le fait d’adhérer aux conceptions de quelqu’un ne relève pas forcément d’un comportement sectaire, mais de la liberté de conscience, sur laquelle il serait téméraire de porter un jugement, comme l’enseigne Paul en ces termes : « ne jugez pas avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui éclairera les ténèbres et manifestera les desseins des cœurs. Et alors chacun recevra de Dieu sa louange. » (1 Co 4, 5).

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 29/02/2016