Newsletter du 15 juin 2014

Chers Abonné(e)s à la Newsletter de Tsofim


Voici en quels termes le Pape François s’est porté au secours de la réputation du Pape Pie XII au cours d’une interview récente (dans sa langue maternelle) donnée à un journal catalan :

« On a dit toutes sortes de choses sur ce pauvre Pie XII. Mais nous devons nous souvenir qu’auparavant, il était considéré comme un grand défenseur des Juifs. Il en a caché beaucoup dans des couvents de Rome et dans d’autres villes italiennes, et aussi dans la résidence de Castel Gandolfo. Quarante-deux bébés, enfants de Juifs et d’autres persécutés, y sont nés, dans la chambre du Pape, dans son propre lit [en su propia cama]. Je ne veux pas dire que Pie XII n’a fait aucune erreur – j’en fais moi-même beaucoup –, mais on doit voir son rôle dans le contexte de l’époque. Par exemple, était-il préférable qu’il ne parle pas pour éviter que plus de Juifs ne soient tués, ou qu’il parle ? Je tiens également à dire que parfois j’ai de "l’urticaire existentiel" quand je vois que tout le monde s’en prend à l’Église et à Pie XII, en oubliant les grandes puissances. Savez-vous qu’elles connaissaient parfaitement le réseau ferroviaire qu’utilisaient les Nazis pour amener les Juifs dans les camps de concentration ? Ils avaient les photos. Mais ils n’ont pas bombardé ces voies ferrées. Pourquoi ? Il serait bon de parler un peu de tout. »

On peut lire mon analyse de ce (regrettable) morceau de bravoure, sous le titre « Jusque dans le lit du pape. Un nouveau cas d’apologie qui nuit à l’Église ».

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau