Le mariage Gay et l’ébranlement de l’Église d’Écosse, par David Robertson

(Cet article s'inscrit dans la ligne de mon article Et vous n’avez pas pris le deuil. Bénédiction des couples homosexuels)


Titre original “Gay marriage and the shaking of the Church in Scotland”, paru sur le site de Christianity Today, le 18 mai 2015

Traduction française de Menahem Macina


Pour ceux qui ne font pas partie des milieux presbytériens, il est difficile de comprendre l’importance de l’assemblée générale annuelle de chaque Église.

C’est particulièrement vrai de l’Écosse où durant des décennies l’Assemblée Générale de l’Église d’Écosse était considérée comme l’équivalent d’un parlement national. Bien entendu, les temps changent. L’Écosse a maintenant son propre parlement et l’Église d’Écosse est passée de 1 400 000 membres à moins de 400 000.

Ce déclin a correspondu à une chute de l’intérêt de la presse. À l’exception de quelques mentions cursives basées sur des communiqués de presse de l’Église, peu de choses apparaissent dans les médias écossais, si ce n’est, bien entendu, lorsqu’un événement est perçu comme donnant lieu à controverse. Ce fut le cas de l’ouverture de l’Assemblée de l’Église d’Écosse, samedi, au cours de laquelle l’Église a finalement décidé d’accepter l’ordination de ministres du culte du même sexe ‘pacsés’.

C’est un processus qui a débuté en 2009 et qui a donné lieu à une discussion considérable, à des manœuvres politiques ecclésiales dans toute la Confession. Il y a eu un important tournant suite à une déclaration de l’Église d’Écosse affirmant que seuls 21 des 800 ministres du culte ont quitté l’Église, et ce dans 14 congrégations seulement. Mais cela ne reflète pas toute l’histoire.

J’étais présent en 2009 et lors des débats subséquents de 2011 et 2013. Il était clair dès le début qu'il y avait une tentative concertée, non de « discerner la volonté de Dieu dans les Écritures » (les rapports initiaux ont clairement indiqué que la Bible était tout à fait clairement contre des unions de même sexe), mais plutôt de s'assurer que nombre de congrégations, de ministres, d’Anciens et de membres resteraient dans l’Église.

Les évangéliques constituent une part importante de la Confession religieuse, avec de grandes églises en centre-ville. L’Église, qui est en difficulté financière ne pouvait guère se permettre de perdre ses ressources tant sur le plan financier que sur celui de la main-d’œuvre. Elle traverse une crise majeure en termes de recrutement clérical, et constate même un déclin du nombre des congrégations.

D’habitude, la stratégie consistant à garder les évangéliques ‘à bord’ semble avoir fonctionné, quoique des congrégations importantes telles celles de St Georges Tron à Glasgow, Gilcomston à Aberdeen, Holyrood Abbey et Ste Catherine Argyll à Edinburgh, et une large part de Lodgie et de St John à Dundee, aient fait sécession.

Mais il y a plus que ces chiffres. Chaque année, l’Église d’Écosse perd 16 000 membres, 40 congrégations, et 25 ministres du culte. Pour chaque membre qui s’ajoute par adhésion de foi et deux suite à un transfert, 10 disparaissent par décès et dix « pour d’autres raisons ». La décision de l’Assemblée Générale d’aller à l’encontre de ce qui est reconnu comme l’enseignement de la Bible a pour conséquence que même si des congrégations ne quittent pas officiellement (les bâtiments sont en propriété collective, et l’Église a fait en sorte que toute congrégation qui s’en va n’emmène rien avec elle), des personnes privées le peuvent et le font. Et il s’avère que ces personnes sont souvent les plus engagées : enseignants à l’école du dimanche, jeunes dirigeants, anciens, etc.

L’Église d’Écosse vient de lancer une vidéo de recrutement, qui, de mon point de vue illustre le problème. Elle est habile, bien réalisée et attractive. C’est une grande annonce pour ceux qui veulent être des travailleurs sociaux communautaires. Mais il y manque complètement ce qui a trait au rôle du ministre du culte, à la parole et au sacrement. Ceux qui considèrent ces points comme la colonne vertébrale de l’Église sont déçus, désabusés, et désertent l’Église. Je soupçonne que la décision de samedi dernier ne fera qu’accélérer l’exode ; le « léger déclin » (comme l’a décrit un dirigeant religieux) se poursuivra, des gens partiront, mais d’autres resteront et combattront. Le Modérateur, qui est lui-même un évangélique, a exhorté à l’unité, mais il y a ceux qui, tel le Révérend Dr Andrew McGowan, ont formé une nouvelle assemblée appelée Covenant Fellowship [Communauté d’alliance], qui a l’intention de lutter.

Le Dr McGowan a écrit à propos de la décision de samedi :

« C’est tout à fait honteux. L’Assemblée générale a ignoré l’enseignement clair des Écritures et a préféré suivre le monde. Pire, il est prévu d’améliorer cela jeudi en étendant aux ministres du culte et aux diacres le mariage entre personnes du même sexe. La Communauté d’alliance d’Écosse, appelle ici l’Église d’Écosse à la repentance, elle exhorte tous les chrétiens à refuser d’accepter cette décision et appelle les Consistoires à désobéir à l’Assemblée Générale en maintenant le christianisme biblique orthodoxe »

En attendant, l’Assemblée se poursuit cette semaine et sera largement ignorée par les médias, excepté jeudi, quand la question du Mariage Entre Personnes de Même Sexe lèvera la tête. Jusqu’à présent, l’Église d’Écosse soutient la position traditionnelle selon laquelle ceux qui ont des relations homosexuelles ne peuvent être ministres du culte, quoiqu’elle permette aux congrégations d’en décider autrement. Mais qu’en sera-t-il des Mariages Entre Personnes de Même Sexe ?

En l’état actuel des choses, l’Église est opposée aux mariages entre personnes de même sexe, mais elle permettra à des ministres du culte de vivre avec un partenaire de même sexe. C’est un désordre confus et le problème sera traité jeudi. Le point de vue général est qu’il sera transmis à encore une autre commission théologique et bottée en touche pour une période de deux ans, quoique la plupart des gens reconnaissent à quel point la chose est contradictoire et qu’une décision est inévitable.

Le Rubicon a déjà été franchi.

[…]

 

David Robertson

© Christianity Today

 

(Information aimablement communiquée par O. Peel).

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/05/2015