Première Partie. « Vos frères qui vous haïssent » (Is 66, 5) : La réprobation chrétienne du peuple juif

Voir la table des chapitres

 

Aussi, je vous le dis : le Royaume de Dieu vous sera retiré pour être confié à un peuple qui lui fera produire ses fruits (Mt 21, 43).

Dieu aurait-il rejeté son peuple ? Jamais de la vie ! Dieu n’a pas rejeté le peuple que d’avance il a discerné […] Est-ce pour une vraie chute qu’ils ont trébuché ? Jamais de la vie […] (Rm 11, 1-2.11).

À partir du moment où les juifs, en raison des embûches qu’ils suscitèrent contre le Seigneur, furent rejetés de sa faveur, le Sauveur institua, à partir des païens, une seconde assemblée : notre sainte Église à nous chrétiens (Cyrille de Jérusalem, IVe s.) [1].

Le Saint, béni soit-Il, voyant la chute d’Israël, a donné sa grandeur aux idolâtres [les chrétiens]. Et lorsque Israël se convertit et est racheté, il lui est difficile de perdre les idolâtres [les chrétiens] au profit d’Israël (Rashi sur T.B. Sanhedrin 98 b)


[1] Cyrille de Jérusalem, Catéchèses baptismales, xviii, xxv, trad. J. Bouvet, Namur, 1962, p. 441.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 14/05/2014