Première Partie. « Vos frères qui vous haïssent » (Is 66, 5) : La réprobation chrétienne du peuple juif

Voir la table des chapitres

 

Aussi, je vous le dis : le Royaume de Dieu vous sera retiré pour être confié à un peuple qui lui fera produire ses fruits (Mt 21, 43).

Dieu aurait-il rejeté son peuple ? Jamais de la vie ! Dieu n’a pas rejeté le peuple que d’avance il a discerné […] Est-ce pour une vraie chute qu’ils ont trébuché ? Jamais de la vie […] (Rm 11, 1-2.11).

À partir du moment où les juifs, en raison des embûches qu’ils suscitèrent contre le Seigneur, furent rejetés de sa faveur, le Sauveur institua, à partir des païens, une seconde assemblée : notre sainte Église à nous chrétiens (Cyrille de Jérusalem, IVe s.) [1].

Le Saint, béni soit-Il, voyant la chute d’Israël, a donné sa grandeur aux idolâtres [les chrétiens]. Et lorsque Israël se convertit et est racheté, il lui est difficile de perdre les idolâtres [les chrétiens] au profit d’Israël (Rashi sur T.B. Sanhedrin 98 b)


[1] Cyrille de Jérusalem, Catéchèses baptismales, xviii, xxv, trad. J. Bouvet, Namur, 1962, p. 441.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 14/05/2014