Exorde

 Voir la table des chapitres

 

« Mais si quelques-unes des branches ont été coupées tandis que toi, olivier sauvage, tu as été greffé parmi elles pour bénéficier avec elles de la sève de l’olivier, ne va pas te glorifier aux dépens des branches. Ou si tu veux te glorifier, ce n’est pas toi qui portes la racine, c’est la racine qui te porte. Tu diras: On a coupé des branches, pour que, moi, je fusse greffé. Fort bien. Elles ont été coupées pour leur incrédulité, et c’est la foi qui te fait tenir. Ne t’enorgueillis pas; crains plutôt. Car si Dieu n’a pas épargné les branches naturelles, prends garde qu’il ne t’épargne pas davantage. Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et envers toi bonté (de Dieu), pourvu que tu demeures en cette bonté; autrement tu seras retranché toi aussi. » (Rm 11, 17-22).


Au fil des siècles, des myriades de spirituels et de théologiens chrétiens ont médité ces versets de la Lettre de Paul aux Romains, s’efforçant d’en percer le mystère. Le grave avertissement qui s’y expriment laisse planer ce qu’il faut bien appeler une menace sur une quiétude confessionnelle trop répandue.

Interpellé voici plus de cinq décennies – comme je l’ai relaté dans mes précédents livres – par le destin, ambigu, tragique et glorieux à la fois, du peuple juif, depuis les origines jusqu’à nos jours, je n’ai jamais cessé de le sonder à la lumière obscure des Écritures et de la Tradition. Parvenu au soir de ma vie, je crois devoir mettre en garde celles et ceux qui croient au salut dans le Christ Jésus, de ne plus porter ou laisser porter la main sur le peuple juif.

Je discerne une redoutable analogie entre le destin de Saül – premier roi d’Israël, rejeté par Dieu parce qu’il se fiait à son jugement propre au lieu d’exécuter les ordres divins – et celui des nations chrétiennes, que Dieu « n’épargnera pas » si elles persécutent ou laissent persécuter le peuple juif, à l’instar de Saül qui tenta à maintes reprises de tuer David, oint à sa place par le ministère du prophète Samuel (1 S 16, 1s.).

Comme nous l’enseigne l’histoire, le peuple juif a été la pierre de touche du dévoiement de ses persécuteurs, l’occasion de révéler de quelles extrémités du mal ils étaient capables, attirant ainsi sur eux le juste jugement de Dieu. Selon moi, c’est exactement ce qui se produira quand la majeure partie de l’humanité, subvertie par l’esprit de l’Antichrist, auquel elle aura fait obédience, refusera d’admettre la restauration du peuple juif et entreprendra de le détruire une fois pour toutes, jusqu’à ce que Dieu « fasse sienne sa cause » (cf. Ps 43, 1),  comme il est écrit :

« L’Éternel rugit de Sion, de Jérusalem il fait entendre sa voix; les cieux et la terre tremblent !
Et L’Éternel sera pour son peuple un refuge, une forteresse pour les enfants d’Israël ! »
(Jl 4, 16).

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 14/05/2014