Avant-propos

  Voir la table des chapitres

 

Le fait que ce travail ait pour point de départ le Concile Vatican II, ne signifie pas que j’aie fait l’impasse sur les décennies antérieures. Au contraire, j’ai consacré 200 pages à décrire et documenter la polémique antijudaïque des origines à l’aube du xxe siècle. J’y ai aussi procédé à un survol des rencontres et concertations pionnières qui ont permis l’éclosion du « nouveau regard » chrétien sur le peuple juif, dont, entre autres : Amici Israel (1924-1928) ; Rencontre du Savoy Hotel (1943) ; Conférence d’Oxford (1946) ; Conférence de Seelisberg (1947) ; Thèses de Bad Schwalbach (mai 1950), etc. Pour des raisons techniques, ce matériau a paru dans un ouvrage publié ultérieurement auquel je réfère [1].

Le présent ouvrage est la quintessence d'une méditation, spirituelle autant que théologique, de plus de quarante années, sur les modalités de l'établissement du Royaume de Dieu sur la terre, ainsi que sur les dispositions intérieures et la rectitude de conscience, dont doivent faire preuve ceux qui soupirent après son avènement et s’y préparent, dans la prière et la recherche de la justice de Dieu (cf. Mt 6, 33).

Durant près de deux millénaires les rapports entre les chrétiens et les juifs ont été complexes, passionnels, voire violents. Le monde chrétien n’a longtemps connu l’histoire du peuple juif qu’au travers de l’enseignement d’une Église, dont la majeure partie des Pères avait interprété l’écrasement et la dispersion, en 135 de notre ère, comme un châtiment de son refus de croire à la messianité et à la divinité du Christ. Il en a pris de longs siècles d’« enseignement du mépris » et de tentatives de captation ecclésiale de l’héritage spirituel juif et des promesses des prophètes – considérées comme totalement accomplies par le Christ et désormais dévolues à la chrétienté (théorie de la substitution) –, pour que se fasse jour, en chrétienté, une attitude plus positive envers les juifs. Jusqu’au choc de la Shoah qui fut, pour beaucoup, l’occasion de découvrir le destin, mystérieux et tragique, de ce peuple hors normes.

Lorsque s’ouvrit le Deuxième Concile du Vatican, en 1962, personne ne s’attendait au changement drastique qui allait se produire, sous l’impulsion du cardinal Bea, auquel le « Bon Pape Jean » avait confié la tâche d’élaborer un « Schéma sur les Juifs ». Ce projet déchaîna une telle hostilité de la part de prélats conservateurs qu’il suscita, chez les Pères conciliaires, une réaction inverse, dans laquelle s’exprimait une tendance, jusque-là indécise et hésitante, vers un changement positif de l’attitude chrétienne envers le peuple juif. On lit, dans le paragraphe 4 de la Déclaration sur les Religions Non Chrétiennes, Nostra Aetate, que « les juifs restent très chers à Dieu, dont les dons et l’appel sont sans repentance (cf. Romains 11, 28-29) ». Mieux, après avoir si longtemps prôné la ségrégation la plus rigoureuse d’avec ce peuple, le Concile « encourageait et recommandait entre eux la connaissance et l'estime mutuelles, qui naîtront surtout d'études bibliques et théologiques, ainsi que d'un dialogue fraternel ». Enfin, même si les déclarations encourageantes étaient mêlées à des considérations ressortissant à l’ancienne méfiance chrétienne envers le judaïsme, le changement radical d’attitude se traduisait, de manière indéniable, en des formules novatrices, telle celle–ci : « les Juifs ne doivent pas… être présentés comme réprouvés par Dieu, ni maudits, comme si cela découlait de la Sainte Écriture ».

Au cours des décennies subséquentes, les graines semées au Concile, d’abord accueillies avec hésitation et méfiance, portèrent des fruits inespérés. En témoigne cette phrase du pape Jean-Paul II, lors d’une allocution aux dirigeants des communautés juives d’Allemagne, le 17 novembre 1980, à Mayence : « le peuple de Dieu de l’Ancienne Alliance jamais révoquée par Dieu […] » Elle eût été impensable auparavant.

Ce livre retrace les étapes de la longue marche, ponctuée d’ombres et de lumières, vers la reconnaissance du dessein de Dieu sur les juifs et les chrétiens, dans lesquels j’ai l’audace de voir un avatar typologique des « deux familles choisies par Dieu », dont parle Jérémie 33, 24). J’ose même entraîner le lecteur chrétien dans une relecture spirituelle de l’Écriture, dont, je crois, maints passages dévoilent prophétiquement leur vocation respective et l’unité à laquelle l’Église et Israël sont appelés, tels, entre autres, celui de la geste des deux morceaux de bois en Ézéchiel 37, 17 – « qu’ils ne fassent qu’un dans ta main » –, et celui où Paul exprime la même réalité, en une formule théologique inspirée (Ep 2, 14) : « Car c'est lui qui est notre paix, lui qui des deux a fait un […] »

L’ouvrage s’achève sur l’évocation de la contestation mondiale dont l’État juif est l’objet, et de la pierre d’achoppement qu’il constitue pour beaucoup de chrétiens. J’estime, en effet, qu’en se mettant à la remorque des faux prophètes de l’antisionisme, qui accusent Israël de néo-colonialisme et d’apartheid, non seulement ils attisent la haine contre ce peuple, mais ils risquent de se « trouver en guerre contre Dieu lui-même » (cf. Ac 5, 39), dont ils ignorent les desseins, et de paver la voie à la montée hostile des nations, annoncée, entre autres, par les prophètes: Joël 4, 1ss., Michée 4, 8ss, et Zacharie 12, 3, ainsi que par le Psaume 2.

C'est volontairement que je me suis interdit la forme technique qu'affectent généralement les ouvrages consacrés à de tels sujets. Il ne s'agit donc ni d'une somme ni même d'un essai théologique. À quelques exceptions près, les nombreux ouvrages qui traitent ex cathedra de ce thème ne sont pas évoqués. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'en a pas été tenu compte, au contraire. Mais, comme l'indique le sous-titre de ce livre, il a paru préférable de privilégier la méditation et la réflexion sur le mystère – car c'en est un – plutôt que de procéder à un exposé rigoureusement technique.

C'est pourquoi, on le verra, je n’ai pas dédaigné, quand je l’ai cru utile, de m’exprimer de manière méditative, exhortative, voire spirituelle, en recourant à l'Écriture – massivement citée –, mais aussi aux œuvres des Sages juifs, des anciens Pères et de la Tradition de l'Église ; ceci afin de permettre au lecteur de se forger un jugement sur base de textes de référence, fiables et vénérables.

Mais la majeure partie du livre consiste en exposés analytiques concernant des questions généralement mal connues des chrétiens, surtout celles qui n'ont pas fait l'objet d'un enseignement ecclésial autorisé, et dont certains aspects restent encore disputés entre théologiens. C'est, bien entendu, le cas de ce qu'on appelle « l'eschatologie », ou enseignement concernant les temps ultimes de l'histoire du Salut, caractérisés par le surgissement en gloire de la Royauté du Christ sur le monde – ou « Parousie » –, événement qui, aux dires de l’Écriture, sera précédé par une « apostasie » générale, et accompagné de violents conflits et de catastrophes, humaines et cosmiques, qu’ont annoncé tant Jésus lui-même (Mt 24 = Mc 13 = Lc 21), que l'apôtre Paul (2 Th 2).

Aucun ouvrage n'est neutre, même si son auteur s'en défend. Celui-ci ne fait pas exception. Toute ma démarche repose sur la conviction – fondée ou erronée : l'avenir le dira – que sont inaugurés « les temps de la réalisation intégrale [2] de tout ce que Dieu a dit par la bouche de ses saints prophètes de toujours » (Ac 3, 21). Selon cette conception, l'un des signes précurseurs de cet accomplissement est la lente réappropriation, par le peuple juif, de son identité nationale, linguistique et territoriale, processus initié à la fin du xixe siècle, et passé totalement inaperçu des nations, jusqu'à la création de l'État d'Israël, en 1948, au lendemain de la Shoah.

Force est d’en convenir : tant la contradiction – de plus en plus violente – suscitée par ce peuple, que la place démesurée que tiennent, dans les médias, les événements du Proche-Orient, dans lesquels Israël est impliqué, et la manière, majoritairement hostile, dont réagissent les institutions internationales et la presse au moindre faux pas, réel ou supposé, de cet État, ne peuvent s'expliquer uniquement par des considérations politiciennes (intérêts géostratégiques, entre autres), ou humanitaires (problème palestinien).

L'intuition développée dans cet ouvrage est que l'humanité pourrait bien, dans un proche avenir, être confrontée à une épreuve de vérité, dont la pierre de touche serait – une fois de plus, mais ce sera la dernière – l'attitude que les peuples et les individus, en général, et les chrétiens en particulier, adopteront à l'égard de ce peuple, lorsqu'il sera victime de l'ultime agression prédite par les prophètes et dont témoignent, entre autres, les deux textes scripturaires suivants :

Jl 4 : « Car en ces jours-là, en ce temps-là, quand je rétablirai Juda et Jérusalem, je rassemblerai toutes les nations, je les ferai descendre à la Vallée de Josaphat ; là j'entrerai en jugement avec elles au sujet d'Israël, mon peuple et mon héritage. Car ils l'ont dispersé parmi les nations et ils ont partagé mon pays […] Publiez ceci parmi les nations : Préparez la guerre! Appelez les braves ! Qu'ils s'avancent, qu'ils montent, tous les hommes de guerre ! […] Hâtez-vous et venez, toutes les nations d'alentour, et rassemblez-vous là !… Que les nations s'ébranlent et qu'elles montent à la Vallée de Josaphat ! Car là je siégerai pour juger toutes les nations à la ronde. Lancez la faucille : la moisson est mûre ; venez, foulez : le pressoir est comble ; les cuves débordent, tant leur méchanceté est grande ! Foules sur foules dans la Vallée de la Décision ! Car il est proche le jour de L’Éternel dans la Vallée de la Décision ! Le soleil et la lune s'assombrissent, les étoiles perdent leur éclat [cf. Jl 3, 4 ; Mt 24, 29 ; Ac 2, 20 ; Ap 6, 12 ; Ap 8, 12]. L’Éternel rugit de Sion, de Jérusalem il fait entendre sa voix ; les cieux et la terre tremblent ! Mais L’Éternel sera pour son peuple un refuge, une forteresse pour les enfants d'Israël ! Vous saurez alors que je suis L’Éternel, votre Dieu, qui habite à Sion, ma montagne sainte ! Jérusalem sera un lieu saint, les étrangers n'y passeront plus ! Ce jour-là, les montagnes dégoutteront de vin nouveau, les collines ruisselleront de lait, et dans tous les torrents de Juda les eaux ruisselleront. Une source jaillira de la maison de L’Éternel et arrosera le ravin des Acacias. L'Égypte deviendra une désolation, Édom une lande désolée, à cause des violences exercées contre les fils de Juda dont ils ont versé le sang innocent dans leur pays. Mais Juda sera habité à jamais et Jérusalem d'âge en âge. Je vengerai leur sang, je n'accorderai pas l'impunité, et L’Éternel aura sa demeure à Sion. »

Ps 2 : « Pourquoi les nations sont-elles en ébullition, et les peuples trament-ils des choses vaines ? Des rois de la terre et des princes se dressent et conspirent contre L’Éternel et contre son Oint : “Faisons sauter leurs entraves, débarrassons-les de leurs liens !” Celui qui siège dans les cieux s'en amuse, L’Éternel les tourne en dérision. Puis dans sa colère il leur parle, dans sa fureur il les épouvante : “C'est moi qui ai sacré mon roi sur Sion, ma montagne sainte.” J'énoncerai le décret de L’Éternel : Il m'a dit : “Tu es mon fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré. Demande, et je te donne les nations pour héritage, pour domaine les extrémités de la terre ; tu les briseras avec un sceptre de fer, comme vases de potier tu les écraseras.” Et maintenant, rois, comprenez, corrigez-vous, juges de la terre ! Servez L’Éternel avec crainte, embrassez le Pur avec tremblement ; qu'il se fâche, vous vous perdez en chemin : d'un coup flambe sa colère. Heureux qui s'abrite en lui ! » [3]

En outre, ce n'est certainement pas un hasard si la redécouverte, relativement récente, du caractère vénérable – et qui fut orthodoxe, durant les tout premiers siècles de l'Église – des conceptions millénaristes connotant un règne du Christ sur la terre avec les élus, conformément aux conceptions de l'Apocalypse (Ap 20, 2ss), reprises et développées par des Pères de l'Église aussi orthodoxes que Justin martyr (IIe s.) et Irénée de Lyon (fin du IIe - début du IIIe s.), et revivifiées par la mouvance du pré-millénarisme protestant [4], s'accompagne souvent d'une perception aiguë du rôle incontournable d'Israël dans l'économie du Salut [5].

C'est le cas, par exemple, de J. Moltmann, un théologien protestant qui écrit [6] :

Paul a-t-il exprimé des perspectives millénaristes pour l'avenir ? Le Royaume de mille ans n'est certainement pas un élément de son message, mais il a bel et bien utilisé des conceptions millénaristes. L'idée selon laquelle ceux qui souffrent à présent avec le Christ régneront un jour avec lui, est une conception millénariste : “Ne savez-vous pas que nous jugerons le monde ?” (1 Co 6, 2). “Si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui” (2 Tm 2, 12) […] L'expression “résurrection d'entre les morts” est utilisée par Paul (Ph 3, 11) et Luc (Lc 20, 35) pour les croyants qui seront ressuscités avant les autres morts, afin qu'ils puissent être avec le Christ et se manifester avec lui, lors de sa venue (Col 3, 3 ss.). Cette “résurrection d'entre les morts” est une résurrection analogue à celle du Christ, et non une simple anticipation de la résurrection générale.

Il est pour le moins étonnant que Paul décrive la rédemption future d'Israël en termes très similaires : “Car si leur rejet signifie la réconciliation du monde, que sera leur inclusion sinon une vie d'entre les morts !” (Rm 11, 15). La résurrection d'entre les morts oriente vers un avenir de résurrection et de vie avec le Christ avant le terme eschatologique de l'histoire, et ne peut être comprise que dans un sens millénariste. Le fait que cet espoir messianique de ceux qui croient au Christ ouvre, pour Israël, la perspective d'un événement futur analogue semble être la marque spécifique d'un pré-millénarisme chrétien. C'est, concernant les Juifs, le rêve chrétien non de leur conversion à l'Église, mais de leur résurrection dans le Royaume de leur Messie. »

Dans son ouvrage cité, Ch. Ryrie, écrit, pour sa part, à propos de la citation de Gn 12, 3 dans Ga 3, 7-9 [7] :

Selon cette prophétie, les païens seront des fils d'Abraham par la foi. Paul cite ici ces paroles en rapport avec leur accomplissement à l'égard des nations : “Toutes les nations seront bénies en toi” (Ga 3, 8), ce qui ne remplace nullement l'accomplissement de cette parole envers la nation juive : “Je ferai de toi une grande nation" (Gn 12, 2), et "Tout Israël sera sauvé…” (Rm 11, 25-26). S'il est évident que les Gentils dans l'Église constituent la postérité spirituelle d'Abraham, l’accomplissement des prophéties faites à Abraham au sujet de sa postérité physique, les Juifs, n'en est pas modifié pour autant. Cette citation de l'Ancien Testament dans le Nouveau au sujet de la postérité d'Abraham n'est donc pas la preuve d'un accomplissement intégral, par l'Église, des prophéties faites au sujet de la nation juive, et encore moins d'une suppression de leur application littérale à la nation juive.

Les déclarations et documents des Églises concernant les relations entre chrétiens et juifs, depuis la déclaration Nostra Aetate, 4, vont dans le même sens que les textes cités ci-dessus, même si c'est en termes plus prudents, ainsi qu'il sied à des documents destinés à l'ensemble des fidèles. Je me contenterai d'évoquer ici, à l'appui de mon affirmation, la formule particulièrement frappante de Jean-Paul II, lors de l'allocution qu'il prononça à Mayence, devant les représentants des Communautés juives d'Allemagne, en novembre 1980 [8] :

La première dimension de ce dialogue, à savoir la rencontre entre le Peuple de Dieu de l'Ancienne Alliance, jamais révoquée par Dieu (cf. Rm 11, 29), et celui de la Nouvelle Alliance, est en même temps un dialogue interne à notre Église, c'est-à-dire entre la première et la deuxième partie de sa Bible.

De telles paroles n'ont pas été dites au hasard, ni ne sont à mettre au compte des hyperboles, fréquentes dans les discours à caractère interreligieux. La preuve en est que l'expression « Ancienne Alliance jamais révoquée par Dieu » est reprise dans les Notes, autre document catholique important concernant la dynamique des relations entre l'Église et le peuple juif, où on lui décerne même l'appréciation de « remarquable formule théologique » [9].

Toutefois, force est de reconnaître que, malgré sa justesse profonde et son caractère de plus en plus prophétique, cette démarche ecclésiale de dialogue avec les juifs se heurte à la pierre d'achoppement incontournable, si justement évoquée par l'apôtre Paul (Rm 9, 32) : la non-reconnaissance par les juifs de la divinité et de la messianité du Christ Jésus. Et il ne sert à rien, en la matière, de repousser aux calendes de l'histoire une éventuelle conversion miraculeuse des juifs, comme si tout ce que les chrétiens avaient à faire, d'ici là, était d'attendre cet événement, quasi mythique, sous la forme d'une reddition confessionnelle de ce peuple « à la nuque raide et au cœur incirconcis » (cf. Ex 32, 9 et parall.), qui, à l'évidence selon eux, « résiste toujours à l’Esprit Saint » (cf. Ac 7, 51).

L'une des conceptions fondamentales du présent livre est que les Églises doivent cesser de considérer « l’Israël selon la chair » comme un objet de conversion au christianisme, comme si l'histoire du Peuple de Dieu et l’économie du Salut s'étaient figées autour des années 30 de notre ère, et que toutes les prophéties s'étaient accomplies, concrètement ou spirituellement, en Jésus-Christ. Au contraire, le sensus fidei [10] de maints chrétiens s'oriente de plus en plus vers la « révélation d'un mystère enveloppé de silence aux siècles éternels » (Rm 16, 25), dans lequel, à la centralité de Jésus dans l'économie du Salut correspondrait celle du peuple juif dans l’économie du Royaume. Ainsi prendraient enfin leur sens plénier tant la formule vétérotestamentaire : « Qui vous touche, touche à la prunelle de mon œil » (Za 2, 12), que la néotestamentaire : « Le salut vient des Juifs » (Jn 4, 22).

La chrétienté doit résolument tourner le dos à ce qu'on a appelé si justement la « théorie de la substitution », selon laquelle les Promesses et le Royaume auraient été définitivement transférés à l'Église. Elle doit prendre au sérieux les paroles décisives de Paul, à ce propos :

Rm 9, 4 : À eux [les juifs] appartiennent l'adoption filiale, la gloire, les alliances, la législation, le culte, les promesses […].

Rm 11, 2 : Dieu n'a pas rejeté le peuple qu'il a discerné par avance.

Rm 11, 19-22 : Tu diras : On a coupé des branches, pour que, moi, je fusse greffé. Fort bien. Elles ont été coupées pour leur incrédulité, et c'est la foi qui te fait tenir. Ne t'enorgueillis pas ; crains plutôt. Car, si Dieu n'a pas épargné les branches naturelles, prends garde qu'il ne t'épargne pas davantage. Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : sévérité envers ceux qui sont tombés, et envers toi bonté, pourvu que tu demeures en cette bonté ; autrement tu seras retranché toi aussi

La chrétienté doit cesser de lire au sens spirituel des textes capitaux pour la compréhension du rôle futur d'Israël, aux côtés des nations qui ont cru en Jésus-Christ, tel celui-ci :

Ac 1, 6-7 : Étant donc réunis, ils l'interrogeaient ainsi : “Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas manifester la royauté destinée à Israël ?” Il leur répondit : “Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa seule autorité”.

Des évêques catholiques allemands ont fait preuve d'un véritable esprit prophétique en voyant, dans ce passage, la perspective d'un rétablissement eschatologique d'Israël, comme en témoigne cet extrait d'un document qu'ils ont rédigé [11] :

Dans les Actes des Apôtres, on trouve l'affirmation prophétique du rétablissement eschatologique d'Israël. Ainsi, les Apôtres interrogent le ressuscité : “Est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le Royaume pour Israël ?” Dans sa réponse, Jésus ne disqualifie pas cette question des Apôtres comme étant absurde [12], il fait seulement allusion au fait que le Père seul, dans sa Toute-Puissance, a décidé du temps fixé pour ce “rétablissement” du Royaume pour Israël.

De tels textes et déclarations vont dans la bonne direction. Ils témoignent de la véracité de la promesse du Christ, que nous rapporte l'Évangile de Jean (Jn 16, 12-13) :

J'ai encore beaucoup à vous dire, mais vous ne pouvez pas le porter à présent. Mais quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous introduira dans la vérité tout entière ; car il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu'il entendra, il le dira, et il vous dévoilera les choses à venir.

Le temps semble bien être venu, pour l'Église et pour le judaïsme, d'un face-à-face sans précédent. Mais, compte tenu de la « pierre d'achoppement » de l’incrédulité juive, évoquée plus haut, et pour que les conditions mêmes d'un tel dialogue soient posées, encore faut-il que les échanges portent sur un patrimoine commun. Or, même l’Écriture ne joue pas ce rôle, puisque, comme on le sait, l’exégèse qu'en font l'une et l'autre communautés de foi diverge considérablement, précisément en raison de l’interprétation christologique, que fait l'Église, des prophéties vétérotestamentaires.

Quel est donc le thème autour duquel les approches chrétiennes et juives pourraient converger, au point de parvenir à ce qu'on appelle, en physique, le « point de fusion », ou le « seuil critique », lorsque, après des myriades de tentatives infructueuses, se produit soudain un saut qualitatif si considérable, que ce qui paraissait impossible, l'instant d'avant, s'avère désormais d'une évidence aveuglante, au point que les deux antagonistes d’hier, enfin devenus partenaires, se demanderont ensuite comment ils ont pu passer durant si longtemps à côté de cette découverte ?

La réponse ici donnée paraîtra peut-être trop symbolique à certains, pourtant, elle est loin d'être telle : le « trésor caché » (cf. Mt 13, 44) qu'ont en commun judaïsme et christianisme – ce dernier en ayant d'ailleurs hérité de la Tradition juive – c'est l’attente de l’instauration du Royaume de Dieu sur la terre.

* * *

Il est fort dommageable, pour la cause même du dialogue entre le judaïsme et le christianisme, que ce dernier ait spiritualisé, voire allégorisé à outrance la notion de Royaume, au point de donner l’impression de vouloir évacuer l’attente ardente (Marana tha) de l’établissement, sur la terre [13], de ce Royaume des Cieux (c’est-à-dire celui de Dieu et de son monde céleste), au profit d’une perspective lointaine, et presque mythique, d’un Royaume dans les cieux, dont le signal serait une espèce de « big-bang » à rebours, aussi brutal qu’irréversible, mettant fin au cosmos et à la vie humaine pour faire de nous des anges dans le ciel. Il convient de ne pas oublier que cet établissement du Royaume de Dieu sur la terre, par l’avènement de l’Oint du Seigneur – qui constitue, à proprement parler, l’irruption des Temps messianiques –, est largement attesté par les Prophètes, et également, quoique plus mystérieusement, par le Nouveau Testament lui-même. C’est un dogme fondamental de la foi juive. Mieux, la vocation même du peuple juif semble bien être de témoigner – par la pérennité mystérieuse de son existence, toute pétrie d’attente messianique, et par la contradiction universelle qu’engendre, depuis des millénaires, cette pérennité même –, de la proximité, toujours imminente, du surgissement des Temps messianiques. En effet, l’existence même des juifs – qui ne survivent que pour le Royaume à venir, où ils seront définitivement consolés (cf. Is 40 et Is 60, etc.) – rappelle sans cesse aux chrétiens, dont beaucoup se sont endormis sur les lauriers illusoires de la « théorie de la substitution » (cf. Rm 11, 18 : « ce n’est pas toi qui portes la racine, mais c’est la racine qui te porte ! »), qu’ils ne doivent pas « s’enorgueillir, mais craindre » (cf. Rm 11, 20), et surtout qu’il leur faut « veiller et se tenir prêts, car c'est à l'heure qu’ils ignorent que le Fils de l'homme va venir » (Lc 12, 35-40).

Le fait d’avoir perdu jusqu’au souvenir de ce qui fait l’essentiel de l’Évangile est peut-être responsable des dérives de certaines théologies. Et, à ce propos, on fera bien de méditer ces paroles, sévères mais combien vraies, d’un auteur, dont – il convient de le préciser – l’orientation, en la matière, est plus sociologique qu’eschatologique [14] :

Enseignant la littérature néotestamentaire, et plus particulièrement spécialisé dans les évangiles synoptiques, j'ai très vite reconnu que la prédication du Jésus de Nazareth historique était centrée sur la venue prochaine du royaume de Dieu. Or, à ma stupéfaction, ce thème n'a pratiquement pas de place dans la théologie systématique qu'on m'a enseignée au séminaire. En y regardant de plus près, je me rendis compte qu'au long de ses deux mille ans d'histoire, l'Église, dans sa théologie, sa spiritualité, sa liturgie, l'avait, de bien des manières, grandement ignoré ; et quand elle ne l'avait pas ignoré, elle en avait bien souvent déformé le contenu, jusqu'à le rendre méconnaissable. Comment pouvait-il en être ainsi ? Or, d’autre part, en enseignant chrétien conscient de ses respon-sabilités, qui s’efforce de mettre en rapport le message biblique et les questions de notre temps, en particulier devant l’intérêt toujours plus grand, porté par les Églises à la justice sociale tant chez nous que dans nos relations avec le tiers monde, je me rendais compte également que ces préoccupations modernes trouvaient leur meilleur fondement néotestamentaire précisément dans la proclamation du royaume de Dieu par Jésus. En un mot, pour peu qu’il fût correctement entendu, le royaume avait la force d’un explosif. L’Église s’était-elle efforcée intentionnellement d’étouffer le message du royaume, ou s’agissait-il plus simplement d’un malentendu ? Le message s’est-il simplement perdu en route, quand les chrétiens sont passés d’une culture palestinien-ne à forte dominante apocalyptique, à une culture hellénistique […] Bref, qu’est-il arrivé au royaume de Dieu au cours de l’histoire ? ».

Ce sévère rappel à l'ordre ne doit pas nous faire oublier qu'il existe, heureusement, une large portion de fidèles – qu'il ne faut pas trop vite accuser de « fondamentalisme », de ce fait – qui croient en la capacité qu’a la Parole de Dieu d'englober mystérieusement le devenir de l’homme et les desseins de son Créateur. Attentifs à l'avertissement apostolique de ne pas se laisser « ballotter et emporter à tout vent de doctrine, au gré de l'imposture des hommes et de leur astuce à fourvoyer dans l'erreur » (Ep 4, 14), ils refusent de se laisser impressionner par des citations scripturaires détournées de leur sens, rationalisées ou sécularisées, sous prétexte d’«actualisation». Ils rappellent qu’aux provocations scripturaires du Diable, Jésus répondit par d’autres citations qui réduisaient à néant les arguments spécieux du Tentateur (cf. Mt 4, 1-11). Enfin, il faut garder à l’esprit la manière dont il ferma la bouche aux Sadducéens qui le mettaient au défi de prouver la résurrection, en usant de l’apologue d’une femme qui aurait eu sept maris, du fait de ses veuvages successifs : « Vous êtes dans l'erreur, ne connaissant ni les Écritures ni la puissance de Dieu ! » (Mt 22, 29).

Et même si un tel « fidéisme » scripturaire n'évite pas toujours les excès de l'intolérance – spécialement lorsqu'il a tendance à diaboliser toute tentative de saine actualisation – il semble bien que les chrétiens de cette mouvance n'ont pas entièrement tort d'affirmer que c'est à un rationalisme foncier de ce type que l’on a affaire, avec certains courants modernes d’exégèse qui se posent en norme de l’interprétation scripturaire. Cette prétention – outre qu’elle n’est fondée ni théologiquement, ni scientifiquement – exclut arbitrairement une autre exégèse, qui se veut fidèle à la tradition chrétienne. En effet, malgré les apparences, aujourd’hui comme aux premiers siècles de l’Église - et même s’ils ont souvent mauvaise presse – de nombreux chrétiens croient, sur la base des Écritures elles-mêmes, à l’établissement du Royaume messianique sur la terre (cf. Ap 20), avant la transfiguration définitive de la création matérielle (cf. Ap 21) [15].

Force est de le reconnaître : du fait de son long combat contre les résurgences incessantes d’un millénarisme sectaire [16] et contre ses avatars, piétistes d’abord – en particulier les doctrines issues des spéculations apocalyptiques du moine calabrais Joachim de Flore (1140-1202) [17] –, séculiers ensuite [18], l’Église catholique a fini par durcir ses positions[19], au point d’« institutionnaliser », en quelque sorte, la notion évangélique de Royaume.

C’est ainsi que, par son interprétation spirituelle forcée, voire allégorique de l’Apocalypse – dans le but évident d’ôter leurs appuis scripturaires aux millénaristes, qui s’en réclamaient –, un saint Augustin a été la cause d’une cléricalisation du Royaume, l’Église devenant la « Cité de Dieu », aux dépens de la « Jérusalem céleste » de l’Apocalypse. Ce qui aurait pu n’être que métaphore, ou pieuse analogie, conformes à l’exégèse du temps, devint progressivement, après l’accession de la foi chrétienne persécutée au statut de religion d’État, une sorte de constitution de droit divin, dans laquelle l’Église, persuadée d’en constituer l’accomplissement, du fait de son élection par le Christ, s’appropriait tranquillement l’exclusivité des promesses messianiques, dont elle dépossédait les juifs, du même coup.

La résistance – d'abord violente, puis passive, par la force des choses – d'un judaïsme qui, bien entendu, pratiquait une tout autre lecture scripturaire, apparut vite insupportable aux chrétiens, persuadés, sur la foi de l’Évangile même, d’avoir hérité du Royaume (Mt 21, 43), et d’autant plus acharnés à convertir ce peuple, qu’ils croyaient assurer le bonheur céleste de ses membres en faisant d’eux des chrétiens, même s’il fallait recourir à la force pour atteindre ce but.

Comme le remarque fort justement le théologien J.-M. Garrigues [20] :

Ce n’est que depuis ce siècle que les chrétiens ont cessé de considérer l’Église, voire la chrétienté, comme l’achèvement anticipé du Royaume de Dieu sur la terre. En redécouvrant aujourd’hui que Jésus n’a voulu accomplir le Royaume qu’en termes de prémices (1 Co 15, 23) et d’arrhes de l’héritage (Ep 1, 14 ; cf. 2 Co 1, 22 ; 5, 5), ils redécouvrent que leur espérance est incluse dans l’espérance messianique d’Israël,tendue vers l’avènement glorieux du Messie et de la résurrection des morts […] Dans cette volonté d’annexer Israël en l’humiliant, il y a une mainmise sur “les temps et les moments que le Père a fixés de sa seule autorité” (Ac 1, 7), selon les paroles de Jésus. C’est la tentation de l’hérésie millénariste […] : voir dans une chrétienté donnée – empire chrétien, nations chrétiennes – l’accomplissement du Royaume de Dieu sur la terre, alors que celui-ci appartient à l’au-delà de l’histoire (cf. Jn 18, 36). » [21]

On sait, hélas, à quoi a conduit cette tentative de mainmise confessionnelle sur un mystère dont seul Dieu « connaît les temps et les moments » de son accomplissement. Devant l’échec patent de leurs tentatives de convertir les juifs, les Pères de l’Église sont trop vite passés du zèle au ressentiment, devenant ainsi involontairement cause d’abord d’un « enseignement du mépris », de nature théologique [22], puis d’une politique chrétienne subséquente de sujétion et d’humiliation des juifs, dont les conséquences amères ont laissé sur ce peuple des cicatrices douloureuses.

Telles sont les lignes de force qui sous-tendent les réflexions et méditations eschatologiques que nous présentons ici au public chrétien. Elles ne prétendent pas « résoudre » un contentieux théologique multiséculaire. Elles s'efforcent seulement de tracer quelques pistes « prophétiques » pour une meilleure compréhension chrétienne du mystère d'Israël.

Mon espoir est que, même si la problématique esquissée dans ces pages ne les convainc pas entièrement, les lecteurs feront au moins leur profit de l'ample matériau scripturaire et traditionnel passé en revue à cette occasion, ainsi que de la bibliographie sélective disponible sur mon site [23].



[1] M. Macina, Les frères retrouvés. De l’hostilité chrétienne à l’égard des juifs à la reconnaissance de la vocation d’Israël, éditions L’Oeuvre, Paris, 2011.

[2] Concernant cette traduction, qui s'écarte notablement de ce qu'on lit dans la plupart des bibles en langues modernes, voir, ci-après, VII.3, et VII, 4.3.

[3] Ce texte est habituellement revendiqué par les chrétiens comme s'appliquant au Christ Jésus. Mais il faut savoir que la Tradition juive y voit décrite prophétiquement la situation qui sera celle du peuple d'Israël parvenu à son stade messianique. L'« Oint », étant compris soit au sens collectif, soit comme le Messie juif de la lignée de David, qui sera alors révélé pour régner sur son peuple, soulevant ainsi la colère des nations, qui refuseront ce « scénario ». On reviendra sur ce thème, en son lieu.

[4] Contrairement aux post-millénaristes, qui « affirment que mille ans de paix et de justice précéderont le retour du Christ », les pré-millénaristes enseignent que « Jésus Christ viendra chercher son Église, qui sera élevée dans les airs à sa rencontre, à la fin de l'époque actuelle (1 Th 4, 13-18) […] Selon certains, la grande tribulation (Mt 24, 21 : Dn 12, 1) fera suite à cet enlèvement. Puis le Christ reviendra sur la terre pendant mille ans, durant lesquels s'accompliront de nombreuses promesses faites à Israël. » Ceci d'après : Ch. Ryrie et H. Payne, 1000 ans de paix : Le Millénium, image ou réalité ? (Traduction de Ch. C. Ryrie, The Basis of the Premillenial Faith, Québec, Canada, 1962), Éd. Béthel, Sherbrook, Québec, 1982, p. 16-17. Cité ci-après : Ryrie, 1000 ans.

[5] On lira une réflexion théologique, parfois audacieuse, sur ce thème, dans Jürgen Moltmann, Das Kommen Gottes : Christliche Eschatologie, 1995. Version française intitulée : La venue de Dieu. Eschatologie chrétienne, éditions du Cerf, Paris 2000.

[6] J. Moltmann, La venue de Dieu, p. 189-190.

[7] C. Ryrie, 1000 ans, p. 53.

[8] Texte original allemand dans l'Osservatore Romano des 17-18 novembre 1980, reproduit dans Acta Apostolicae Sedis (AAS), vol. 73, 1981, p. 80 ss. Traduction française dans Istina, n° XXXVI (1986), p. 192-195.

[11] L'Église et les Juifs, Document de la Conférence des Évêques allemands, III, 1, Bonn, 1980. Cité et traduit d'après More Stepping Stones to Jewish-Christian Relations. An unabridged collection of Christian Documents, compiled by Helga Croner, A Stimulus Book, New York-Mahwah, Paulist Press 1985, VI. Common grounds, p. 134.

[12] La majeure partie des traductions de la Bible en langues modernes ne font pas montre d'autant d'inspiration dans leurs commentaires de ce passage, témoins ces textes : « Les Apôtres ont encore des idées fort terrestres  » (Osty) ; « L'établissement du royaume messianique apparaît encore aux apôtres comme une restauration temporelle de la royauté davidique » (Bible de Jérusalem). Au contraire, la Nouvelle édition de la Bible protestante (trad. L. Segond, version revue 1975, avec commentaires de C.I. Scofield), fait preuve d'une plus grande clairvoyance dans son commentaire : « Pendant quarante jours, le Seigneur ressuscité instruisit Ses disciples “des choses qui concernent le royaume de Dieu” (v. 3), d'après les Écritures (Lc 24, 27.32.44-45). Cependant, un élément fut passé sous silence : le temps où il restaurerait le royaume d'Israël, d'où la question des apôtres. Remarquez que le Seigneur ne leur reproche pas cette préoccupation au sujet du rétablissement du royaume ; elle était bien légitime. Mais Sa réponse est en accord avec Son enseignement précédent : les temps font partie du secret de Dieu (Mt 24, 36.42.44 ; Mt 25, 13 ; cp. 1 Th 5, 1). »

[13] « Déjà présent dans son Église, le Règne du Christ n’est cependant pas encore achevé “avec puissance et grande gloire” (Lc 21, 27) par l’avènement du Roi sur la terre », Catéchisme de l’Église Catholique, Mame-Plon, Paris 1992, § 671. Cet ouvrage est en ligne sur le site du Vatican.

[14] B. T. Viviano, Le Royaume de Dieu dans l’histoire, Cerf, Paris 1992, Introduction, p. 9-11.

[15] Et qu’on n'objecte pas trop vite que c’est là une interprétation « fondamentaliste », qui n’a plus cours dans l’Église catholique. Il convient de rappeler que la foi en un Royaume messianique sur la terre était déjà celle de l’Église apostolique (Ac 1, 7), et de Pères aussi vénérables et orthodoxes que Papias (cf. Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, Livre III, Ch. 39, 11-12), Justin Martyr (Dialogue, 80), et Irénée de Lyon (Adv. Haer., Livre V, Ch xxxiii, 1), pour ne citer que ceux-là. C’est le scandale qu'a suscité un Millénarisme subséquent, de caractère matérialiste – qualifié de « grossier » par les historiens – qui a entraîné le discrédit de la croyance en un Royaume du Christ sur la terre avec les premiers ressuscités, avant le Jugement final, puis la dissolution et la transfiguration de la création, accompagnées de la résurrection générale des créatures, dont témoigne une partie de la Tradition, malgré les réticences de l’Église (voir, ci-après VII.3.2. Le Catéchisme de l’Église catholique a-t-il réputé hérétique l’espérance chrétienne vénérable d’un Royaume millénaire du Christ sur la terre ?). Enfin, il convient de préciser que certains courants de la Réforme, surtout les Évangéliques, professent plusieurs formes de millénarismes : voir, entre autres ouvrages : The meaning of the Millenium, four views, edited by R.G. Glouse, Downers Grove (USA), 1977 ; et Ryrie, 1000 ans, cité plus haut.

[16] Sur le Millénarisme des premiers siècles, voir S. Heid, Chiliasmus und Antichrist-Mythos : Eine frühchristliche Kontroverse um das Heilige Land, Bonn 1994.

[17] Avec juste raison, le protestant Mottu rappelle toutefois, à la suite d’autres auteurs, que si certaines des doctrines de la postérité de Joachim de Flore furent condamnées, « les œuvres de Joachim lui-même restèrent inattaquées », voir Henri Mottu, La manifestation de l’Esprit selon Joachim de Flore, Neuchâtel-Paris, 1977, p. 31.

[18] Sur ce point, voir surtout l’enquête érudite de H. de Lubac, La postérité spirituelle de Joachim de Flore, I. de Joachim à Schelling, Paris-Namur, 1978 ; II. de Saint-Simon à nos jours, Ibid. 1980. Il convient aussi de signaler que le russe Soloviev a développé des spéculations originales et très intéressantes sur l’eschatologie, en général, et sur l’Antichrist, en particulier. On se reportera avec avantage aux contributions de B. Dupuy, « Les juifs, l’histoire et la fin des temps selon Vladimir Soloviev », dans Istina XXXVII (1992), p. 253-283 ; B. Marchadier, « Le visage de l’Antéchrist chez Vladimir Soloviev », Id., ibid., p. 284-293 ; P. de Laubier, « L’attente d’un âge chrétien à l’intérieur de l’histoire. Aspects eschatologiques chez saint Bonaventure et Vladimir Soloviev », Id., ibid., p. 294-305.

[19] Jusqu’à ce jour, la défiance de la hiérarchie catholique n’a pas varié, même envers les versions les plus mitigées des interprétations de la doctrine millénariste, et le décret du Saint-Office de 1944 est toujours invoqué contre ceux qui voudraient que la question soit réexaminée, à la lumière de la connaissance plus approfondie, qui est la nôtre aujourd’hui, des doctrines de Pères vénérables et orthodoxes, tels Justin et Irénée de Lyon, qui, à n’en pas douter, professèrent, en pleine connaissance de cause, des doctrines millénaristes. Rappelons la phrase essentielle du décret de la Congrégation du Saint Office : « systema Millenarismi mitigati tuto doceri non posse » (le système dit Millénarisme mitigé ne peut être enseigné avec sûreté), voir Acta Apostolicae Sedis, T. 36, 1944, P. 212. Pas de condamnation donc, mais une ferme mise en garde.

[20] J.-M. Garrigues, Ce Dieu qui passe par des hommes, II. Jésus-Christ unique médiateur entre Dieu et les hommes, Conférences de Carême, Mame, Paris 1993, p. 133.

[21] Id., Ibid., I. Les alliances d’Adam à Moïse, Paris 1992, p. 129.

[22] L'expression, forgée par J. Isaac, caractérise une prédication et une théologie multiséculaires, dans lesquelles le juif, son histoire, sa foi et ses coutumes sont présentés de manière systématiquement hostile, voire diffamatoire, avec pour conséquence un mépris chrétien croissant envers ce peuple, qui finit par engendrer la haine et dont nous connaissons les fruits amers par l’histoire juive, jalonnée de conversions forcées, d’autodafés, d’accusations de meurtres rituels, de sévices et de massacres, dont l’horreur a culminé sous le nazisme, qui fit de cette hostilité religieuse l’usage racial barbare que l’on sait (cf. l'ouvrage classique de F. Lovsky, Antisémitisme et mystère d'Israël, Albin Michel, Paris, 1955). Vigoureusement flétri par les documents et les déclarations de la hiérarchie catholique, ainsi que par de nombreuses prises de position des différentes confessions protestantes, au long des dernières décennies, force est de reconnaître qu’il subsiste plus que des traces de cet antijudaïsme chrétien, tant dans les écrits que dans les mentalités d’un nombre non négligeable de clercs, pasteurs, simples fidèles autant que théologiens. J’y reviendrai, en son lieu, au cours des exposés qui suivent.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 28/08/2014